Il m'est important de dédier cette article aux aventurier(e)s du canapé, aux audacieux et audacieuses du salon, aux voyageurs agoraphobes et aux baroudeuses psychorigide, à celles et ceux qui lisent les récits d'excursions, de randonnée ou d'expédition en se disant « Oh la vache ! Jamais je ne pourrais faire ça ! »

Il y a tellement de point en commun entre vous et moi ! Cela vous fait sourire ? Je m’explique.

 

Lorsque que j’ai commencé à voyager à l'étranger en 2010, j’avais une trouille si grande que j’ai choisi un pays où presque qu'aucun problème n'était envisageable, un pays sans barrière linguistique ni problème de sécurité majeur et le plus proche possible de chez moi : la Belgique ! Au moment de partir co-organiser un projet humanitaire en Afrique 2 ans plus tard, les question qui me tourmenter était : Vais-je réussir à prendre l'avion seul et pour la première fois ? Comment ce passe la correspondance au Maroc ? Suis-je à la hauteur d'un tel projet ? Comment se passera l'accueil sur place ? Et surtout comment trouver l’art de chier en équilibre dans une toilette sans siège ni cuvette ? Jamais à cette époque là, je n’aurais osé partir seule dans un pays que je ne connais pas.

L'aventure n'est pas réserver au super-héros et au sportifs. Les avantages d'une pratique locale sont multiples. Il est très sécurisant pour les plus fébriles d'entre nous d’être relativement près de son chez soi en cas d’urgence ou de pépin majeur. Votre connaissance du territoire vous permet de mieux évaluer vos besoins techniques avant le départ (météo, dénivelé, ravitaillement) sans vous heurter à un fossé culturel ou linguistique majeur. Vous pouvez donc vous concentrer pleinement sur l’acquisition de compétences de voyage et d’expérience pratique tout en vous familiarisant à votre propre rythme avec une approche différente du voyage. Si l’expérience est un succès, vous aurez alors gagné de la confiance et de l’assurance !

 

J'étais Globe-stoppeur !

Confucius, vélo

Il me manquait à ce moment là quelques indispensables, quelques éléments essentiels au voyage en générale, à l'aventure tout simplement dont la confiance en moi et en les autres, une bonne idée des réalités du terrain et des adaptations nécessaires, ...

Mais ne pas disposer de ces facultés n'est pas une fatalité. Certes il n'existe pas de BTS Aventurier ou une licence Explorateur mais Il existe une alternative, une ébauche de solution, pour passer lentement mais surement de globbe-stoppeur à globe-trotter : l’aventure locale.

"La vie est un défi à relever, un bonheur à mériter, une aventure à tenter.",

 

Mère Teresa

Si vous voulez pousser un peu plus votre réflexion, je vous conseil de lire l'excellent E-book « Comment devenir un aventurier », réalisé par Jodi Sagorin et traduit par « Un monde d'aventures » qui risque bien de changer votre point de vue sur l'aventure !

"Faire un

premier pas

vers l'inconnu."

Au bout d'un certain temps, vous vous sentirez alors près pour partir à l’aventure, vous aurez l'envie d'effectuer une activité qui sort de l’ordinaire et qui repousse vos limites un peu plus loin. Par exemple, s'essayer au camping sauvage, expérimenter des techniques de voyage alternatif comme le CouchSurfing ou le travail sur des fermes bio (Wwoofing) riche en échange, ou encore effectuer une randonnée de plusieurs jours en partant à pied ou à vélo du seuil de votre porte pour rejoindre un(e) ami(e) autrement qu'en voiture. Cette escapade de deux ou trois jours est un test. Vais-je pouvoir réparer mon vélo en cas de pépin ? Saurais-je demander de l’aide si j’en ai besoin, trouver de l’hébergement au fil du voyage ou devrais-je apprendre à monter mon propre bivouac ? Et s’il pleut ?

L’aventure locale ? Commencer simplement par partir en terrain connu, dont les limites se trouvent à l’intérieur de votre zone de confort. La zone de confort, c’est un espace fictif, à la fois psychique et géographique dans lequel se trouvent les activités qui ne vous rendent pas inconfortable : marcher, faire du vélo ou prendre le bus dans votre ville, parcourir une forêt que vous pensez connaître, changez un trajet quotidien sur un simple coup de tête (ou de pédale !), pour découvrir d'autre lieu. C'est déjà en soi une forme d'aventure, un pas vers l'inconnu.

"La vie n'est pas un restaurant mais un buffet. Levez-vous pour vous servir",

 

Dominique Glocheux

Cet article est un brassage de mon point de vue et de celui de deux autres articles trés intéressant,

écrits respectivement par Annick Marie "La Globestoppeuse" et Jodi sagorin.